dimanche 22 mars 2015

Forum des métiers



Samedi, c'était le forum des métiers au collège-lycée de mes enfants. Le principe c'est que les collégiens de 3ème et les lycéens de 2de demandent qu'on leur présente des métiers qui les intéressent. Donc comme tous les ans, je m'y suis collé et je suis parti à l'école non sans les recommandations de ma femme; "tiens toi correctement, penses que tes enfants sont dans l'école..." une femme qui me connait, donc.
J'y allais dans un contexte particulier après une semaine particulièrement riche en emmerdements problèmes et donc un peu mitigé quant à attirer de jeunes têtes blondes (ou brunes ou rousses) dans le piège de la médecine d'urgence. Mais de toutes façons, ce n'est qu'une première approche, le bac étant loin et d'autres professions pouvant les attirer d'ici là, dont certaines honnêtes.
Le forum est organisé par classes où avec d'autres professionnels, on présente divers aspects de notre métier selon un plan préétabli. Parfois la concurrence est dure (l'an dernier, un dentiste qui faisant de la reconstruction faciale) parfois c'est, disons, plus facile (l'année précédente avec une podologue; dites à des ados que votre métier c'est de toucher des pieds toute la journée...). Cette fois ci, j’étais avec une infirmière et une kiné.
Voilà le plan
Le nom de mon métier
En peu de mots c'est quoi ?
Ce que je fais (mes principales activités)
Avec qui
Auprès de qui
Un exemple de journée représentatif

Ce que j'aime dans ce métier
Les qualités et centre d'intérêts pour s'y épanouir
Les aspects moins drôles ou plus ingrats
Ce que j'aimais au lycée
Comment j'en suis arrivé à faire ce métier

Comment on accède à ce métier formation, cursus, degré de concurrence et difficulté (attention à l’évolution des cursus de ces dernières années – rester général)
Les carrières, les revenus (salaire en début de carrière et en fin de carrière), les congés....
Les à cotés positifs et négatifs : prise de risque, sécurité, indépendance....

Finalement expliquer à ces gamins ce qu'ont fait c'est un très bon exercice d'introspection, d'autant plus que d'autres adultes étant présent, vous ne pouvez pas raconter n'importe quoi. Je n'ai donc pas montré de diapos avec les acteurs de la série "urgences" profitant de leur jeunesse pour leur faire croire que c'était mon équipe.
A la place je leur ai dit que j'étais un médecin généraliste qui avait appris à faire de la réanimation, à prendre en charge un infarctus, un accident vasculaire cérébral, à faire de l'infectiologie, de la gériatrie, de la psychiatrie etc... Je leur ai dit que j'étais le médecin des premières heures de la prise en charge. Je leur ai dit  qu'à la fin de la journée, j'avais pu, parfois, me sentir utile (pas forcément en sauvant une vie, faut pas exagérer) mais en ayant soulagé un patient, une famille, en ayant fait un beau diagnostic, voire en ayant accompagné une fin de vie. Je leur ai avoué aussi que si j’étais urgentiste, c'est que j'aimais zapper d'un patient à l'autre, y revenir (en langage médical, ça s'appelle du déficit d'attention). Je leur ai dit qu'on apprenait toute sa vie, que depuis que j'exerçais la médecine d'urgence avait beaucoup évolué, qu'il avait fallu apprendre de nouvelles techniques, l'échographie par exemple (La ventilation non invasive, aussi mais c'est un peu compliqué à expliquer). 
Je ne leur ai pas caché que travailler dans un service ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, c'était parfois compliqué, que ne pas avoir tous ses week-end contrairement à son conjoint et ses enfants ce n’était pas toujours facile, que travailler plus quand il y a des jours fériés, c'était bizarre.
Non, je n'ai pas dit que médecin était un métier de misère (parce que ce n'est pas vrai et que cela aurait été indécent devant une infirmière ou même une kiné en libéral). Je ne leur ai pas parlé des mauvaises relations avec la médecine générale institutionnelle (nos internes mentent pour pouvoir faire leur thèse, cet été on m'a retiré un interne comme à d'autres car ce n'est pas aux urgences qu'on apprend la médecine générale) que la permanence des soins de la maison médicale de garde est assurée par des internes de médecine générale mieux payés que les séniors des urgences. Je ne leur ai pas dit que c'était difficile de faire face à plus de patients avec moins de lits, à une "clientèle" plus exigeante. Je ne leur ai pas dit beaucoup de choses, parce qu'ils ont 15 ans, et parce que la médecine d'urgence c'est le métier que j'ai choisi et que c'est un beau métier.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire